Elle est le point d’ancrage et le point de développement de nos activités pour l’ensemble de la zone”.

Une clientèle à majorité française (38 %), africaine (29 %), et enfin européenne (22 %), qui s’envole vers 35 destinations à partir de Roissy et de Schipol et 42 au total avec les trois partenaires africains d’Air France KLM (Kenya Airways, TAAG Angola Airlines et Comair).Soit environ 4,6 % de son trafic total et, surtout, 14,7 % du trafic long-courrier (hors Europe).Et encore plus depuis la faillite de Swissair et de Sabena fin 2001 et d’Air Afrique en 2002, qui ont laissé aux deux marques de la compagnie le ciel libre. Les deux marques se sont partagé le continent africain.Présent sur le continent africain depuis 75 ans, Air France-KLM se met en ordre de bataille face aux convoitises des compagnies rivales. Notamment celles de Lufthansa, avec son bras armé la filiale belge Brussels Airlines, mais aussi celles d’Emirates et bientôt de Turkish Airlines, qui toutes lorgnent un marché en croissance, de l’ordre de 7,7 % entre 2009 et 2014, selon des prévisions datant de février 2011 de l’Association du transport aérien international (IATA). A Air France l’Afrique de l’ouest ou presque (KLM se pose à Accra), à KLM l’Afrique de l’est, à quelques rares exceptions (Air France atterrit à Nairobi et Johannesbourg où se pose l’A380). KLM offre des destinations vers Khartoum (Soudan), Addis-Abeba (Ethiopie), Entebbé (Ouganda), Kigali (Rwanda), Dar es Salaam (Tanzanie), Lusaka (Zambie) et Le Cap (Afrique du sud).Enfin, Air France devra anticiper l’arrivée des compagnies asiatiques, qui n’hésitent plus à ouvrir de nouvelles routes commerciales entre l’Afrique et l’Asie.Depuis 1996, KLM propose des vols au départ du Kenya à travers un partenariat étroit avec Kenya Airways, permettant par exemple à Mombasa et Kisumu d’être reliée via Amsterdam au reste du monde.Soit un taux de croissance du trafic passagers international, « le deuxième plus élevé parmi les régions », selon IATA.La région des grands lacs est également arrosée par le groupe tricolore (Bujumbura au Burundi, Lilongwe au Malawi et Lusaka en Zambie).La croissance du fret international sera en revanche seulement de 5,8 %, soit « la plus faible de toutes les régions ». En outre, KLM, en coopération avec Comair, propose également des vols sur Amsterdam, via Johannesburg au départ de Durban et de Port Elizabeth en Afrique du sud.Depuis longtemps, l’Afrique est considérée comme « la vache à lait » du groupe Air France KLM. Le business très rentable de la compagnie tricolore est généré par la clientèle professionnelle en général (60 % des passagers d’Air France KLM sur les routes africaines), et de grands comptes de l’industrie pétrolière en particulier.

Victor Sossou

Advertisements