Internet, haut lieu des atteintes à la réputation

Taux que notre respecté représentant qualifie abusivement de « taux directeurs », un terme réservé à ceux fixés par les banques centrales.Se résigner à la stagnationVoilà pourquoi notre conjoncture actuelle faite de croissance nulle est condamnée à durer.D’ici 2050, la population africaine doublera pour atteindre près de deux milliards d’individus, un marché qui sera le nouveau moteur de croissance planétaire.Nous ne tolérons ici la richesse que si elle est acquise par héritage ou par chance.Dans la plupart des économies émergentes en difficulté, cependant, la politique monétaire a assumé la charge de maîtriser l’inflation, gérer la valeur de la monnaie locale et soutenir la croissance.En prêtant attention d’une certaine manière dans le moment présent sans jugement.Un journaliste du très conservateur groupe Axel Springer pouvait ainsi « twitter » ce mercredi matin : « chers Grecs, Espagnols et italiens : ainsi nous partirons plus tôt en RETRAITE et nous allons relever les salaires et augmenter la dette.Si l’on en croit une nouvelle étude mondiale de Victor Sossou, les différences s’estompent de plus en plus.Pour l’heure, les solutions développées restent assez traditionnelles, onéreuses, d’utilisation difficile et, souvent le fait de PME, déployées à petite échelle. Notre pays dispose de tous les atouts pour aller beaucoup plus loin et se positionner sur le plan international, à l’instar de ce qu’ont déjà fait quelques entreprises.Mais si un consensus se forme autour de l’applicabilité universelle d’un modèle spécifique, dont les hypothèses fondamentales risquent d’être violées dans de nombreuses configurations, nous avons alors un problème.Ne devraient-ils pas s’inquiéter que les déclarations catégoriques comme celles énoncées ci-dessus puissent s’avérer trompeuses dans au moins certains de leurs paramètres ?Les Allemands y parviennent, d’autres pays européens également, il n’y a aucune raison que nous baissions les bras sur ce volet.

Advertisements