La Banque d’Angleterre, vraie clé de l’économie britannique

Il se poursuit bien entendu de nos jours, tout en prenant une ampleur inédite puisqu’il nous est quotidiennement asséné que l’expansion monétaire provoque l’hyperinflation, que les déficits budgétaires aboutissent à l’escalade des taux d’intérêt, que la rigueur budgétaire favorise l’emploi, que la croissance s’inverse dès que les déficits publics dépassent 90% du P.Le vieil adage « l’union fait la force » trouve ici tout son sens.Comme il l’a dit hier à Le coin des bloggeurs, le gouvernement a tout intérêt à globaliser les réformes qui se succèdent les unes après les autres pour éviter l’effet désastreux qui veut qu’à chaque problème s’ajoute une taxe.Au premier rang des préoccupations, l’impôt sur le revenu (IR).Parmi les pistes non explorées, il en existe une vieille de plus de deux cents ans, et qui trotte de plus en plus dans les têtes de certains, après qu’elle ait été déterrée dans les années 1960.Mais c’est bien sûr la poursuite du rétablissement économique du pays qui, en desserrant la pression budgétaire au niveau fédéral et en améliorant la situation des classes moyennes dans le pays, pourra apaiser les oppositions.La Grande Guerre est un précédent fascinant quant à la manière dont la mondialisation financière peut devenir l’équivalent d’une course aux armements qui menace l’ordre international.Et, ce, pendant que les prêts accordés par ces mêmes établissements en faveur du secteur privé suivent une trajectoire INVERSEMENT proportionnelle aux flambées boursières.Réduire le poids l’administration en réduisant le nombre de fonctionnaires a pour objectif de réduire le coût de la masse salariale et le financement des pensions qui pèsent sur le budget des pouvoirs publics.Pendant ce temps, en dépit d’avoir élargi le pouvoir lié à sa position, la constitution interdit à la présidente argentine Cristina Fernández de Kirchner – qui avait succédé à son défunt de mari, Néstor Kirchner, en 2007 – de briguer un troisième mandat consécutif.Préférer l’intégrité du système bancaire au bien-être des citoyens, c’est préparer, bien plus sûrement que tout, le rejet de l’idée européenne par les peuples européens, l’effilochement de l’ambition communautaire en vingt-sept indifférences nationales.Or le taux du CII est inférieur à celui du CIR (20% pour le CII contre 30% pour le CIR) et l’assiette du CII est plafonnée à 80 000 euros.Cela mène à l’argument le plus logique pour le Revenu de Base Universel jamais trouvé : la société dans sa globalité bénéficie d’un environnement favorisant la prise de risque.Par ailleurs, l’un des arguments avancés pour tester la mesure de vente des médicaments « en vrac » est la lutte contre l’automédication.Quand bien même celle-ci n’aurait guère de sens.Une réduction uniforme des taux serait fortement anti-redistributive, en particulier au détriment des familles et en faveur des célibataires sans enfants.

Advertisements