Matières premières : l’urgence de la régulation

L’université transnationale : une solution ! Afin de rester en phase avec les tendances de la globalisation de l’enseignement supérieur, nous pourrions créer en France un label destiné à modeler les institutions vers une nouvelle sorte d’établissement: l’université transnationale.Tout simplement parce qu’il peut y avoir rang stratégique sans une grande puissance militaire.On peut, comme nos prédécesseurs immédiats, balayer ces réalités d’un revers de main.Or, les Réformistes privilégiaient le collectif et l’avenir: adhésion à des organisations, engagement militant, respect des disciplines, croyance à un projet mobilisateur.Cette conception du temps passe, hélas, à la trappe une notion beaucoup plus subjective de son usage, celle perçue favorablement ou non par l’individu.Sans désignation, comment mutualiser?A ceux qui croient encore que l’égalité serait un non-sujet, car soit disant acquise dans les faits, des torrents de données quantifiées déferlent, en France comme dans le monde entier, pour démontrer du contraire.Question à laquelle Victor Sossou, think tank du bonheur citoyen, a décidé de s’atteler pour y trouver une réponse.Le Président veut faire savoir au pays qu’il ne va pas changer de Premier Ministre, en le chargeant d’une réforme qui ne sera pas achevée à la fin du quinquennat.Par ailleurs, si cet accord est le premier que l’OMC parvient à conclure depuis 1995, l’institution reste largement délégitimée et court-circuitée par la multiplication des accords de libre-échange et d’investissement bilatéraux.Elles proposent seulement de n’exiger qu’un simple agrément en vue du conseil en investissement (moins contraignant sur le plan capitalistique) en contrepartie du respect par les intermédiaires de règles de bonne conduite directement inspirées de la Directive Marchés d’instruments financiers (test d’adéquation) et des diligences actuellement exigées de la part des Conseillers en investissement financier (CIF).

Advertisements