La Toile se rebiffe

En cas de dépréciation accélérée de la monnaie, les banques centrales n’auront pas d’autres choix que de relever sensiblement les taux.La croissance mondiale en subirait alors un contrecoup violent.Idéologie qui veut aujourd’hui imposer l’austérité pour punir les pêcheurs et pour mater les cigales.Et l’on sait qu’un choc obligataire sur ces pays serait très difficile à gérer pour la zone euro.Ce qui attire les meilleurs universitaires, ce sont la qualité des étudiants et des collègues et la richesse de l’environnement matériel et humain pour travailler.Le prêt et l’échange des oeuvres entre musées nationaux permettront non seulement de constituer des expositions favorisant les rapprochements esthétiques et scientifiques des cultures et des arts, mais aussi de renforcer les liens symboliques entre nations. Dans le commerce de détail, les meilleurs élèves sont ceux qui exploitent pleinement les médias sociaux et le mobile, c’est-à-dire qui vont au-delà des enjeux de réputation et de promotion de produits sur le Web.Un pareil niveau n’a jamais été atteint en Europe, laissant entrevoir toute la responsabilité que ressentent les banquiers centraux face à 17 États membres qui ne partagent pas la même orthodoxie financière.Ce n’est donc pas uniquement une façon de voir le monde mais surtout une façon d’agir sur celui-ci.C’est cette même idéologie mortifère qui fait des siennes aujourd’hui quand Francfort, quand Berlin et quand Bruxelles ne cessent de nous répéter que l’incontestable reprise économique ayant lieu aux Etats-Unis (mais aussi au Japon et en Grande Bretagne) repose sur des fondements « artificiels », à savoir sur les baisses de taux quantitatives (c’est-à-dire sur la création monétaire).Un consensus parmi les économistes peut survenir pour de bonnes et pour de mauvaises raisons. La posture de park and suites propriétaires en la matière se veut résolument offensive, dans la mesure où elle sait que son développement passe par une concurrence largement généralisée, au moins à l’échelle européenne. Ainsi, bien qu’il ne soit pas aisé de procéder à des comparaisons internationales, le poids de ces prélèvements reste le plus élevé des grands pays et le quatrième de l’Union Européenne.A ces efforts, il faut ajouter des avancées réelles avec la mise en place de nombreux dispositifs de gestion de crises macro-financières.De quoi faire dire à certains esprits moqueurs que les « conquérants » sont des « bâtisseurs » et des « nouveaux Galilée » qui ont pris la grosse tête.Enfin, si tous les Etats dévaluent leur monnaie, cette guerre des changes réduira à néant le bénéfice de cette politique.

Advertisements