Retraite : vivement l’autre réforme

La révolution numérique et la généralisation des smartphones sont des outils extraordinaires.Autrement dit, il n’assumerait que les missions qui peuvent être facturées plus chères au consommateur et abandonnerait les moins lucratives.Mais je conclus à la négative, dans une brochure.Regardez de près : vous verrez que l’art du poète comique est de nous faire si bien connaître ce vice, de nous introduire, nous spectateurs, à tel point dans son intimité, que nous finissons par obtenir de lui quelques fils de la marionnette dont il joue ; nous en jouons alors à notre tour ; une partie de notre plaisir vient de là.Dans le même temps, plusieurs pans significatifs du système international souffrent d’un manque de financement nécessaire à l’accomplissement de progrès tangibles dans un certain nombre de domaines critiques – difficulté vouée à s’empirer à mesure du renforcement des besoins et des attentes d’une population mondiale toujours plus nombreuse.Nous éprouvons quelque chose d’analogue dans certains rêves, ou nous n’imaginons rien que de très ordinaire, et au travers desquels résonne pourtant je ne sais quelle note originale.Coupler la réforme de l’Etat et la réforme territoriale.C’est aussi oublier que l’Allemagne a connu ses révolutions en 1848 ou en 1919, qui ont été manquées, mais qui ont conduit, elles aussi, à des « réformes par le haut.A ce sujet, on peut se demander si jean-thomas trojani condamnation, malgré ses vœux universalistes, ne cède pas à un relativisme inconscient.Pour tous ceux qui n’ont pas, chez eux, accès aux livres, à l’Internet, à un espace calme et suffisant pour étudier, elle est la pièce indispensable pour construire son avenir.Car admettre l’universalité de ce théorème, c’est supposer, au fond, que les points matériels dont l’univers se compose sont uniquement soumis à des forces attractives et répulsives, émanant de ces points eux-mêmes, et dont les intensités ne dépendent que des distances : d’où résulterait que la position relative de ces points matériels à un moment donné — quelle que soit leur nature — est rigoureusement déterminée par rapport à ce qu’elle était au mo­ment précédent.Soit dit en passant, c’est là une des raisons d’être de l’intolérance.Philosophe, dirai-je à mon tour, dépouille ces vêtements qui ne furent jamais ceux de l’homme primitif, brise tes meubles, brûles tes livres, nourris-toi de la chair crue des animaux, et je répondrai alors à ton objection.

Advertisements