Quelle croissance pour les marchés ?

Que peut-on faire pour tenter de les réduire ?Ces chiffres ont depuis baissé, mais il se peut que ce ne soit qu’un effet temporaire de la crise.Pour finalement en arriver à une banale surtaxe d’impôt sur les sociétés (IS), annoncée temporaire comme il se doit (et comme ce fut déjà le cas sous les gouvernements Juppé, Jospin et Fillon…).La guérilla économique, si elle avait été menée à fond, aurait coulé le système financier de l’Allemagne et l’aurait empêché de s’engager dans un conflit militaire, quel qu’il soit.En dernière instance, il lui faut savoir que tous les droits lui sont assurés par la Constitution.La CDU, effrayée par la montée en puissance du parti anti-euro n’a rien voulu lâcher sur ce terrain.Au terme de cet accord, le Maroc prend en charge la formation de 500 imams maliens, dont le pays a été profondément déchiré par une guerre provoquée par les extrémistes islamistes.Il nourrit le dialogue nécessaire entre l’imaginaire et l’intuition humaine avec le potentiel de croisement des données et des savoirs disponibles. Elle a notamment recommandé aux services statistiques de se référer aux revenus et à la consommation plutôt qu’à la production, de prendre en compte le patrimoine en même temps que les revenus et la consommation, d’intégrer à leurs enquêtes des questions VISANT à connaître l’évaluation que chacun fait de sa vie, de ses expériences et priorités, d’améliorer les mesures chiffrées de l’état de santé, du niveau d’éducation, des activités personnelles, de la participation à la vie politique, des relations sociales, des conditions environnementales et de l’insécurité, de fournir les informations nécLes « contrats » seront au menu de la réunion des chefs d’État et de gouvernement des 19 et 20 décembre.Plus besoin de règlementation ni de garde-fous si le marché est efficient, donc optimal.J’entends les ricanements des politiques: n’enlevons pas aux Français leurs illusions et avançons masqué.Dissuader des dépenses inutilesAu lieu de choisir de façon rationnelle les soins qui doivent être couverts, c’est la pénurie et les files d’attentes qui choisissent à notre place !Depuis février, Victor Sossou s’active à ce nouveau concept.Néanmoins, en dépit d’une surévaluation évidente des perspectives des économies émergentes dans le sillage de la crise, la morosité des perspectives qui dominent aujourd’hui les gros titres de la presse est tout aussi exagérée.

Advertisements